André Comte-Sponville, le philosophe, tempère l'affolement autour du coronavirus et redoute l'avènement des experts.
La peste noire, au XIVe siècle, a tué la moitié de la population européenne ; la grippe espagnole, en 1918-1919, a fait 50 millions de victimes dans le monde.
Les médias audiovisuels nous font le décompte, jour après jour, des victimes de la pandémie. Nous en sommes à 15 000 morts en France. C'est beaucoup. C'est trop. Mais enfin, faut-il rappeler qu'il meurt dans notre pays 600 000 personnes par an, dont, par exemple, 150 000 d'un cancer et, parmi ces derniers, plusieurs milliers d'enfants, d'adolescents et de jeunes adultes ? En quoi les 15 000 morts du Covid-19, dont la moyenne d'âge est de 81 ans, méritent-ils davantage notre compassion ou notre intérêt que les 600 000 autres 
Certains vous diront qu'il est obscène de parler d'économie quand la santé est en jeu.
Ils auront tort ! La misère tue aussi, et plus que les virus. 9 millions de personnes meurent chaque année de malnutrition, dont 3 millions d'enfants. Imaginez que la crise économique qui s'annonce fasse augmenter ce chiffre de seulement 10 % : cela ferait 900 000 morts en plus, qui n'auront pas besoin d'un virus pour agoniser.
Extrait d'un article : Le Point.fr , publié le 16/04/2020